fbpx

Top 5 des spots de chasse sous-marine

😤 Respirez un bon coup, fermez les yeux et laissez vous porter au fond de l’eau pour découvrir un monde unique. Peuplé de petites créatures à branchies 🐟, à pinces 🦀, à tentacules 🦑, elles sont toutes aussi délicieuses les unes que les autres 😋

Mais encore faut-il réussir à les dénicher ! Et un spot de chasse sous-marine, c’est comme les coins à champignons, ou les meilleurs spots de surfs, on n’en divulgue pas les secrets à n’importe qui 😉
Petit tour des côtes françaises, pour découvrir où attirer le bar à l’agachon, faire des beaux sars à trou ou savoir où remonter une araignée à chaque coulée 🤿

Qu’est ce qu’un bon spot de chasse sous-marine ?

Pour reconnaitre un bon spot de chasse sous-marine, il y a de nombreux critères dont il faut tenir compte. Bien sûr, la présence du poisson est un critère primordial. En revanche, il est inutile si les autres critères ne permettent pas le l’attraper.

🌊 La visibilité : impossible de viser le poisson qu’on ne voit pas ! La visibilité sous l’eau est donc primordiale et dépend de nombreux facteurs. Le vent et de son sens, le courant, s’il a plu récemment…

🌊 Le relief : pour se cacher, les poissons et crustacés apprécient les grosses pierres et autres reliefs comme les épaves. Que ce soit en mer ou sur la côte, plus il y a de relief, plus vous aurez de chance de tomber nez à nez avec l’un d’eux.

🌊 Le courant : là encore, toutes les espèces apprécient des conditions différentes, mais le courant peut apporter nourriture et nutriments, on peut donc retrouver des poissons qui attendent dans une passe à contre-courant.

🌊 La profondeur : la plupart des espèce communes peuvent être chassées aussi bien au bord de la côte que dans les premiers dénivelés, en revanche, la taille peut varier, les spécimens plus gros, ayant donc moins de prédateurs, se trouvant en moyenne à des profondeurs plus importantes.

🌊 La diversité : suivant la région où vous plongez, vous ne rencontrerez pas les mêmes espèces, les eaux chaudes de la méditerranée compteront de nombreux céphalopodes et rougets tandis que la Bretagne sera par exemple réputée pour ses gros spécimens de sars et bars.

💦 Et enfin, le plongeur : critère le plus important, chaque personne à ses propres dispositions aquatiques, ses techniques de chasse et son matériel favoris. Un bon apnéiste qui chasse à l’agachon et un débutant à l’indienne auront des façons radicalement différentes pour appréhender leur environnement. Chaque spot convient donc différemment à chacun.

Au final, le meilleur moyen de trouver un bon spot de chasse sous-marine reste de discuter avec les chasseurs locaux qui sauront définir le meilleur endroit en fonction des conditions météos. Ensuite, prenez le temps d’aller repérer le spot, sans fusil, juste pour appréhender le plan d’eau.

Spots de chasse sous-marine en Bretagne

chasse sous marine bretagne
Des poissons à la chaîne

1. Belle-Île en Mer, la Bretagne généreuse

Avec des fonds profonds de 2 à 35m, Belle-Île propose de magnifiques spots de chasse sous-marine. A plus de 12km des côtes quiberonnaises, Belle-Île est baignée par des courants forts. Mais avec ses 80km de côte, elle propose une grande variété de fonds, sable et roches, plateaux rocheux couverts de laminaires, sargasse, secs recouverts de moules et pousses pieds et ilots multiples. Le poisson roi est bien-sûr le bar, qui remonte des profondeurs en temps que le mercure, à partir d’Avril-Mai, on le retrouve jusqu’à la fin de l’été, aussi bien par 2m qu’à 20m de fond, plus la température est haute, plus le poisson sera présent dans peu d’eau. Bien évidemment il n’y a pas que du bar en Bretagne, mulets, daurades, lieus, vieilles et autres poissons locaux, accompagneront vos apnées. On retrouve même les dorades royales en haut des moulières à partir de la fin de l’été.

2. Les Glénan, l’archipel poissonneux

L’archipel est sans doute l‘une des meilleures zones de France. Si la zone située à l’intérieur de l’archipel est entièrement interdite à la chasse sous-marine, sortir sur les limites extérieures de l’archipel recèlent de véritables trésors, de magnifiques bar jusqu’à +6kg, ou des mulets de pleine eau de 2kg, et des grottes et cavités magnifiques.

Sur les plateaux, on pratique soit la pêche en dérive lorsque le coefficient de marée est moyen, soit la pêche à trou à marée basse ou sur les hauts fonds, l’agachon partout à marée haute. Par les mauvais jours la visibilité peut être de 3/5 mètres, mais plus généralement de plus de10 mètres. A partir d’avril, les araignées sont déjà présentes, mulets, et quelques rares bars.

Avec le début de la saison en Mai, le bar est grandement présent jusqu’à la fin de saison en novembre ou plus tôt suivant les éventuelles tempêtes.

Spots de chasse sous-marine en Méditerranée

chasse sous-marine CSM méditerranée
Repas qui tombe à l’eau

3. Giens, la presqu’île presque parfaite

Haut lieu de la chasse sous-marine autour de Hyères dans le Var, la presqu’ile de Giens possède quelques spots de pêche très séduisants. Le port du Niel est un des endroits les plus sympathique offrant des possibilités assez variées. Ce spot est un des rares qui soit à l’abri des vents dominants de la région. Les fonds sont facile d’accès pour tous les niveaux et le poisson assez présent mais aussi assez difficile car la pression de la pêche est forte dans ce secteur.

En côte, vous aller trouver des failles et de la roche propice à l’indienne et à l’agachon. Un peu plus au large quelques pierres éparse au milieu de champ de posidonies se prêtent bien à l’agachon. Ce secteur est accessible à tout les niveaux, en effet, les fonds ne dépassent pas les 10 mètres. Au bout de la première pointe, vous pouvez vous éloigner de la côte pour aller voir des profondeurs plus importantes. Hormis quelques sars, vous rechercherez plutôt les poissons nobles, en enchainant les agachons.  On y croise souvent du très beau. Attention cependant, plus l’eau est claire, lus les poissons sont craintifs et vous voient venir de loin.

4. Leucate, un étang de bonheur

 A cheval entre les départements de l’Aude et des Pyrénées-Orientales, la lagune de Leucate est, avec ses 5400ha, la deuxième plus grande lagune de la région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée. Présentant une profondeur moyenne de l’ordre de 2 m. Le loup, le mulet (« muge »), la daurade, le sar et le rouget sont les plus chassés. Protégé de la tramontane, l’étang de Leucate devient un habitat naturel très recherché et prisé par les loups. Mais il est également apprécié par l’homme. Avec de nombreuses activités (pisciculture, conchyliculture, et plaisanciers en nombre, pêcheurs, véliplanchistes), Leucate est un zone très fréquentée et connait parfois quelques conflits d’usages. Les zones de chasses sont donc limitées. Dans le secteur Sud-Est du plan d’eau, on peut chasser par très petits fonds. Sur un substrat sablo-vaseux et d’herbiers (dont la fameuse « herbe à loups »), le chasseur exploite le relief (digue, roche) pour se poster à attendre les loups.

5. La sauvage Camargue

La Camargue est une zone de choix pour la chasse sous-marine. Pour un relief marin assez monotone, on a une belle diversité de poissons. Les différents milieux issus de la jonction de affluents d’eau douce et l’eau salée, créent divers étangs salins. De nombreuses espèces y trouvent refuge, alimentation et reproduction. Ses digues et épaves sont très prisées des chasseurs locaux qui capturent de superbes loups, sars, daurades, mulets, tassergals, congres et mostelles suivant la technique. On peut aussi croiser le fameux homard bleu méditerranée ainsi que des poissons plats comme des turbots. La chasse à l’Agachon et à trou sont à privilégier, l’indienne aussi par endroits !

Bonus : spot de chasse sous-marine en Outre Mer

chasse sous marine CSM guadeloupe
🎵 BAR-RA-CU-DA !

6. Guadeloupe, spot paradisiaque

 Les chasseurs aguerris peuvent se lancer dans le bleu afin de capturer les grands pélagiques. La Guadeloupe se prête également aux débutants. Sur cette île volcanique, la chasse sous-marine se pratique dans les tombants et les zones rocheuses. Basse-Terre est donc tout indiquée, mais jamais aux abords des plages.

Attention cependant, la législation est particulière. Avec la ciguatera (maladie) de nombreux poissons sont interdits à la pêche et à la revente. Epargnez donc le barracuda, les carangues, sérioles et vieilles. Une grande partie de Basse-Terre est interdite à la pêche de loisir. Entre le chlordécone et les réserves naturelles, c’est davantage le nord de Basse-Terre qui est accessible. N’hésitez pas à partir à l’assaut des délicieuses langoustes, mais toujours à la main !

Et on n’oublie jamais…

Vous avez pris quelques cours : vous êtes prêt à vous lancer en autonomie … ou presque. La règle numéro 1, c’est évidement de respecter les consignes de sécurité. Surtout, prenez toutes les précautions avant de vous lancer. Par exemple …

  • Plongez en binôme ! Indispensable, en particulier si vous êtes débutant. Ne partez jamais seul.
  • Utilisez une bouée de signalisation sur laquelle on écrira son nom, prénom, ainsi que le numéro de la personne à contacter. Si la bouée est perdue, les autorités appellent directement pour savoir si tout va bien.
  • Bien connaître les espèces : poissons-lions piquants, raie torpille électrique… Il vaut mieux le savoir !
  • Prévenez un proche de votre sortie.
  • Consultez la météo, par exemple sur SportRIZER.report. Ne partez que si les conditions le permettent, et en cas d’hésitation une fois arrivé-e sur le spot, privilégiez la prudence.

Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *